rendrel'histoire

11 septembre 2020

Afrique continent des intelligences bloquées

Jean-Raoul Lumpungu (lumpunguraoul@gmail.com)

IMG-20200723-WA0000

Les africains sont des humains. Mais les africains enseignent à leurs enfants qu’ils sont des singes « évolués » à travers la théorie de l’évolution. Comment des humains dotés d’ « intelligence » peuvent-ils accepter et trouver normal d’enseigner à leurs enfants (humains) qu’ils sont des singes sans s’en rendre compte ? C’est parce-que les intelligences des africains sont bloquées. Cet article essaie de démontrer la manière dont les intelligences des africains ont été bloquées. Quelques suggestions sont proposées pour débloquer les intelligences des africains.

1.Quid du blocage des intelligences des africains 

Les africains apparaissent comme des êtres  sans intelligence, parce-que malgré que ce sont des humains, ils enseignent à leurs enfants qu’ils sont des singes « évolués » (et non des humains) à travers la théorie de l’évolution. En d’autres termes, les africains sont incapables de remettre en cause l’enseignement qui les considère comme des singes, la théorie de l’évolution, suite à un endoctrinement subi durant la colonisation.

1.1.Théorie de l’évolution : un programme de lavage des cerveaux 

Le lavage de cerveau est une sorte de programmation mentale. A travers différentes méthodes, on altère la pensée et l'action d'une personne à son insu. Les intelligences des africains sont bloquées sans qu’ils le sachent. Comment les intelligences des africains ont-elles été bloquées ?

Les occidentaux se sont servis de la théorie de l’évolution pour effacer et remplacer l’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique : le nettoyage culturel. Les africains n’ont pas encore pris conscience du fait que l’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique a été effacée et remplacée par la théorie de l’évolution. Cela se passe à leur insu.

En effet, la théorie de l’évolution a été érigée en programme d’enseignement inculquant aux africains l’idéologie selon laquelle ils  sont des singes « évolués » (et non des humains). Car, l’homme apparu en Afrique et le singe ont un même ancêtre selon cette théorie. La théorie de l’évolution était un programme de la colonisation.

Cependant, soixante ans après les indépendances des pays d’Afrique, les africains sont incapables de remettre en cause l’enseignement selon lequel ils sont des singes « évolués ».

1.2.L’abrutissement des africains : conséquence du lavage des cerveaux

 Le professeur Adam Sedgwick, un proche ami de Darwin, est l'un de ceux qui avaient prédit les dangers que la théorie de l'évolution provoquerait. Il a remarqué, après la lecture et la digestion de The Origin of Species, que "si ce livre se faisait accepter par l'opinion publique générale, il mènerait à un abrutissement de la race humaine sans précédent. Le mot a été lâché « abrutissement ».

Le mot abrutissement signifie « Action d'abrutir, de rendre stupide » et rendre stupide signifie « qui manque d'intelligence, de jugement, de réflexion ». En enseignant aux africains qu’ils sont des singes « évolué » alors qu’ils sont des humains, les occidentaux ont rendu les africains « stupides » c’est-à-dire des personnes incapables de réflexion, de prendre conscience en tant que humain ce n’est pas normal d’enseigner à nos enfants que nous  sommes des singes « évolués ».

2.Débloquer l’intelligence des africains 

Pour amener les intelligences des africains à comprendre que l’homme africain n’est pas un singe « évolué », nous faisons des recommandations sur deux plans : l’enseignement ou l’éducation et sur le plan culturel.

2.1.L’enseignement

L’enseignement a un rôle cruciale dans le déblocage des intelligences des africains. C’est le canal adéquat pour faire prendre conscience aux africains  que l’histoire de l’Afrique, celle de la naissance de l’humanité en Afrique, a été  effacée et remplacée par la théorie de l’évolution.

Par conséquent, il sied d’introduire l’histoire effacée, celle de la naissance de l’humanité dans l’enseignement. L’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique aidera les africains à comprendre que l’Afrique est le berceau de toutes les connaissances enseignées dans les écoles : mathématiques, économie, le droit, la médecine… 

2.2. La culture

Il est nécessaire de mener des campagnes de sensibilisation en Europe contre les actes racistes : cris de singes, jets  de bananes et des cacahuètes lancés aux joueurs noirs dans les stades d’Europe. Aussi étonnant que cela peut paraitre, il faut aussi mener des campagnes en Afrique pour convaincre les africains du fait qu’ils ne sont pas des singes afin de prendre conscience que ce n’est pas normal de continuer à enseigner à leurs enfants qu’ils sont des singes « évolués ».

 

Posté par HUMANITEPOURTOUS à 19:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 mai 2020

Président Félix TSHISEKEDI est-il un « escroc » comme a dit Christian Mallart ?

Jean-Raoul Lumpungu (lumpunguraoul@gmail.com)

C’est en ma qualité de citoyen congolais que je réagis à votre propos  traitant  le Président de la République Démocratique du Congo, RDC en sigle, d’ « escroc » dans votre reportage. Détenez-vous les preuves de cette « escroquerie » ? La raison pour laquelle je vous pose cette question tient au fait que les mots ont souvent un sens différent selon que l’on s’adresse à une autorité du Nord ou du Sud. Ma pensée  est explicitée à travers les deux points ci-après : 1. Le sens des mots selon que l’on s’adresse à une autorité du Nord ou du Sud : cas de Léopold II  2. Le sens du mot humanité  en France et en Afrique 

1.Le sens des mots dans l’histoire : cas de Léopold II

Pour comprendre la variation du sens des mots selon que l’on s’adresse à une autorité du Nord ou du Sud, permettez-moi de faire une rétrospective dans l’histoire de la RDC. Savez-vous comment Léopold II, rois des belges, était devenu propriétaire de l’Etat Indépendant du Congo (actuel RDC) ? Il se présenta devant ses pairs, comme  le grand philanthrope soucieux des africains, avec un plan pour  combattre l’esclavagisme arabes à partir du centre de l’Afrique avec  l’Association Internationale Africaine (A.I.A) qui deviendra ensuite Association Internationale du Congo (A.I.C.).

Une fois reconnue, on modifia le statut juridique de l’association Internationale du Congo  qui devint Etat Indépendant du Congo. C’est ainsi que Léopold II, devenu propriétaire de l’Etat Indépendant du Congo au motif de combattre l’esclavagisme arabe au cœur de l’Afrique, passa du statut de grand philanthrope à celui de grand exploitant du caoutchouc, des pointes d’ivoire bref de la richesse du Congo. Pour arriver à ses fins, des travaux forcés ont été institués, des mains ont été coupées etc.

De ce fait, comment pouvons-nous appeler la manœuvre entreprise par Léopold II qui s’est fait passer pour un grand philanthrope pour s’accaparer des richesses du vaste étendue de terre au cœur du continent africain ? Je n’aimerai pas choqué les Belges en utilisant le vocabulaire que vous avez usé pour qualifier le Président Félix TSHISEKEDI et son prédécesseur, Joseph KABILA. En terme pudique, l’histoire écrit par les occidentaux a retenu que Léopold II a été  un « fin stratège » (et non un escroc).

Voilà comment  le sens des mots peut dépendre du fait que  l’on s’adresse à une autorité du Nord ou du Sud. En outre, c’est que vous appelez « corruption » au Sud, au Nord c’est  le « lobbying ». Dans le même ordre d’idée, le cas du mot humanité mérite que l’on s’y attarde un peu.

2. Le sens du mot humanité en France  et  en Afrique 

La différence de sens des mots selon que l’on soit au Nord ou au Sud est explicite sur le mot humanité. Le mot humanité en France signifie « altruisme, bienveillance à l’égard des autres » tel que défini par l’académie française. Tandis qu’en Afrique, humanité signifie « évolution du singe à l’homme » du fait que humanité est défini dans un cadre théorique : l’évolution.

Car, dans la citation « Afrique berceau de l’humanité », on n’accorde pas au terme humanité le sens de valeur (valeurs de l’humanité : solidarité, hospitalité…), mais on lui accole l’explication énoncée par la théorie de l’évolution selon laquelle l’homme apparu en Afrique, lors de l’avènement de l’humanité en Afrique, est un singe qui a  « évolué ».

Durant la traite des noirs, les africains étaient vendus et marqués au fer comme les autres animaux (vaches, chevaux…). Car, les noirs étaient considérés comme  des singes. Mais les occidentaux savent que les noirs ne sont pas des singes. C’est ainsi que la traite ou le commerce des noirs a été aboli.

Cependant, les autorités africaines continuent à cautionner l’idéologie, selon laquelle les noirs sont des singes « évolués », enseignée dans toutes les écoles en Afrique sous le couvert de la science. Ceci étant, le mot humanité en France n’a pas la même signification qu’en Afrique.

Par conséquent, j’attire l’attention du  Ministre de la coopération et de la Francophonie de la République Démocratique du Congo pour s’intéresser  à la discrimination des mots dont l’alerte a été lancée à l’occasion de la semaine de la langue française et de la Francophonie 2020 dans une analyse fait  à travers le thème   Francophonie : discrimination sur le mot humanité

De ce qui précède, je suppose que les autorités de la RDC souhaiteraient vite oublier l’affront fait au Président de la République Démocratique du Congo et 1ère vice-Président de l’Union Africaine. Quant à moi, je crois plutôt que cet affront devrait servir de déclic aux autorités congolaise voire africaine pour s’intéresser à ce qui a trait à la discrimination des mots, en particulier du mot  humanité, du fait que Humanité(s) est un terme de base ou fondamental de l’enseignement en Afrique.

Ainsi, je viens de démontrer que le sens des mots peut varier selon que  l’on soit au Nord ou au Sud. De ce fait, je me permets de déduire que si vous avez eu affaire à un président européen, vous n’utiliserez pas le mot « escroc » dans votre reportage diffusé à la télévision nationale de la RDC. La diffusion de votre reportage à la télévision nationale de la RDC est un des indicateurs de la démocratie en RDC. Car, dans les dictatures, quand on tient des propos discourtois à l’égard du Président de la République, on ne la diffuse pas, surtout pas à la Radio et Télévision officielle. Certes, il y a encore du chemin à parcourir mais le progrès est perceptible.

Posté par HUMANITEPOURTOUS à 16:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2020

Coronavirus : état d’urgence, les armées dans les rues

 Jean-Raoul Lumpungu (lumpunguraoul@gmail.com)

Les armées sont en train d’être mis à contribution pour combattre le coronavirus. Mais elles (armées) ne vont pas utilisées les armes à feu. Car, l’arme pour combattre jusque-là le coronavirus est la prévention : éviter de se toucher les yeux, le nez ou la bouche (qui sont des portes d'entrée possibles du virus dans votre organisme) avec des mains sales. Les mesures dites "barrières" sont donc indispensables pour limiter l'impact du virus : se laver fréquemment les mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique,

DSC_5326

 éternuer et tousser dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique, ne pas se serrer la main, ne pas faire la bise pour dire bonjour

 

Posté par HUMANITEPOURTOUS à 17:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2020

Pyramides : les vestiges de l’histoire de l’Afrique

Jean-Raoul Lumpungu (lumpunguraoul@gmail.com)

L’Afrique a longtemps été considérée « continent sans histoire ». Par conséquent, l’Afrique est presque absente dans les manuels scolaires en occident, dans le monde arabe, en Asie et en Amérique. Et pourtant, il existe des traces de l’histoire de l’Afrique notamment les pyramides.

En effet,  il est sans conteste que le plus grand nombre des pyramides sont en terre africaine. On recense plus de 80 pyramides en Egypte  tandis que les pyramides nubiennes (Soudan) sont un ensemble de plus de 200 pyramides. Cela fait un total de plus de 300 pyramides, un record que détient l’Afrique. A quoi servaient ces pyramides ?

Les pyramides faisaient office des banques alimentaires ou des greniers. La nourriture était épargnée et stockée dans les pyramides en prévision des années de sécheresse. Grace aux pyramides, la nourriture ne   manquait pas en Afrique.

C’est ainsi que Chaque fois qu’il y avait famine, les populations à cette époque ne se réfugiaient ni en Europe, ni en Asie, ni en Amérique mais en Afrique. Les récits d’Abraham, d’Isaac, de Jacob bref de 430 ans de présence des hébreux en terre africaine l’attestent.

Ceci étant, toute la vie (politique, sociale, économique, culturelle, scientifique…) de la société se déroulait autour des pyramides. Car, la gestion des banques,  que sont les pyramides, avait engendré des opérations complexes du fait qu’il fallait chaque fois quantifier les provisions épargnées dans les pyramides qui faisaient office de banques alimentaire ou de grenier.

De ce fait, épargneret quantifier chaque fois les provisions stockées dans les pyramides avaient favorisé l’éclosion de l’économie, de la comptabilité, du droit, des mathématiques...en terre africaine. 

De ce qui précède, les pyramides sont les preuves matérielles qui attestent que l’Afrique a une histoire. L’Afrique est même au centre de l’histoire du monde. Car, « l’Afrique est le berceau de l’humanité » c’est-à-dire la terre d’enfantement de l’humanité et ses valeurs : solidarité,  hospitalité, non-violence, gouvernance, sciences… Ces valeurs ont été retrouvées dans presque tous les royaumes et empires africains.

 Ainsi on parle de solidarité africaine, hospitalité africaine, palabre africaine,  science africaine…Mais l’histoire de l’Afrique a été effacée. Voilà pourquoi les pyramides sont présentées comme étant des tombeaux ou des cimetières, autrement dit des lieux sans vie.

 

Posté par HUMANITEPOURTOUS à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2020

Pyramides : fonction cachée des premières banques.

Jean- Raoul Lumpungu (lumpunguraoul@gmail.com)

Les pyramides sont universellement connues comme étant des tombeaux. Et pourtant, les pyramides sont les premières banques de l’humanité. C’est la thèse que je soutien et démontre à travers les points suivants : 1. Notion de banque 2. Problématique 3.Hypothèse 4.Fonctions bancaires des pyramides : l’épargne  et  la  sécurité

Pyramide de Khéops

 

Pyramide

 1. Notion de banque

La notion de banque oscille à l’origine entre deux notions actuelles : celle de banque alimentaire et de grenier.

 2. Problématique

La pyramide de Khéops est la plus grande de toutes les pyramides d'Egypte. Elle est la plus haute, mais aussi la plus large et celle qui a le plus gros volume. Elle est longtemps restée la plus grande structure jamais construite par l'homme. Peut-on construire un tel édifice rien que pour enterrer un mort, fut-il un Pharaon ? La préoccupation est pertinente du fait qu’il semble qu’on a trouvé aucune momie ni inscription funéraire à l’intérieur de cette pyramide,  ainsi que dans d’autres pyramides. D’où la question à quoi les pyramides ont-t-elles alors servi ?

3. Hypothèse

Les pyramides ont été les premières banques de l’humanité. La notion de banque a énormément évolué. Toutefois, on retrouve deux fonctions bancaires traditionnelles des banques dans l’usage des pyramides : l’épargne et la sécurité.

4. Fonctions bancaires des pyramides : l’épargne  et  la  sécurité

4.1. L’épargne

L’épargne est « la partie du revenu qui - pendant une période donnée - n'est pas dépensée ou consommée ». En d’autres termes, tout ce qui est produit ou gagné, on consomme une partie et l’autre partie est conservée pour être consommée plus tard. Dans le temps ancien, l’épargne était essentiellement en nature constituant des provisions.

  Le récit qui relate le contexte historique qui a poussé l’homme à épargner pour la toute première fois  est un récit connu de tous, même des enfants : le récit des sept ans de sécheresse et de famine en Egypte. C’est la crise climatique des sept ans de sécheresse qui amena l’homme a recourir à l’épargne bancaire en construisant des pyramides en Afrique. Car, le besoin d’épargner des provisions, en prévision de la crise climatique des sept ans de sécheresse, avait engendré une autre préoccupation : la sécurité des produits épargnée, deuxième fonction d’une banque.  

4.2. La sécurité

Le besoin de mettre en sécurité les provisions épargnées amena les hommes à édifier des forteresses afin de protéger les banques alimentaires ou greniers pour mettre à l’abri des provisions destinées à l’approvisionnement général. C’est ainsi que les pyramides ont été construites en pierre.

En effet, les pyramides ont été construites en pierre afin de servir de forteresse pour de besoin de sécurité. Quant aux Pharaons, ils étaient enterrés avec leurs richesses (or, habits, provisions…) dans les mastabas.

Ainsi, les pyramides ont été construites en prévision de la crise climatique des sept ans afin de mettre en sécurité l’épargne de provisions.

Posté par HUMANITEPOURTOUS à 18:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 septembre 2019

Afrique: histoire cachée

Jean-Raoul Lumpungu(lumpunguraoul@gmail.com)

Peut-on « cacher » l’histoire de l’Afrique  en ce siècle de développement  de l’imprimerie et de l’internet ? La question mérite d’être posée d’autant qu’il semble   difficile de cacher  même  les secrets d’Etat à cause du développement de  l’internet. Dans ce contexte, s’il existe une histoire cachée de l’Afrique, comment la cache-t-on ? Et de quelle histoire s’agit-il ?

Ces questions sont  abordées  dans cet article à travers les points suivants-1) L’Afrique dans les livres sacrés : Bible, Coran et Torah 2) L’Europe esclavagiste écrit sur l’Afrique 3) Les humanistes de la renaissance révèlent  l’histoire de l’Afrique 4) Naissance de l’humanité et ses valeurs en Afrique 5) Si vous voulez cacher quelque chose aux noirs…

1) L’Afrique dans les livres sacrés : Bible, Coran et Torah

L’Afrique a joué un rôle de premier plan dans l’histoire des religions. En effet, il suffit de lire la Bible, le Coran et la Torah pour s’en rendre compte. Abraham, reconnu comme étant le père ou le patriarche aussi bien des juifs, des chrétiens et des musulmans, a séjourné en terre africaine où il avait fuie  une famine à son époque.

En effet, Abraham n’a  fui  ni en Europe, ni en  Asie ou ni en Amérique, mais en Afrique. Car  chaque fois qu’il y avait famine, les populations se réfugiaient en terre africaine.  Les récits d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de Joseph, de Moise bref de 430 ans de présence juifs en terre africaine relatent ce fait.

Ceci étant, les livres sacrés attestent le fait que l’Afrique était en avance sur les autres continents, lieu de refuge en cas de famine. Par ailleurs, l’essentiel du livre de genèse relate des évènements qui se sont déroulés en terre africaine, et près du Nil, fleuve d’Afrique.

2) L’Europe esclavagiste écrit sur l’Afrique

Alors que les livres sacrés relatent comment la terre africaine était le refuge des hommes en cas de famine, l’Europe au temps de la traite des noirs n’a voulu reconnaitre aucun mérite à l’Afrique dominée. L’Europe décide d’effacer l’histoire de l’Afrique et décide quoi écrire sur l’Afrique. 

En effet, le déclin de l’Afrique commence avec la montée en puissance des empires perses, Ottoman et Romaine. C’est  la période de la traite des noirs. De la traite arabe (VIIIème siècle) à la traite européenne (XVème au XIXème siècle) couvre  une période de près de 1000 ans de domination. L’Afrique, terre d’hospitalité, est présentée comme le continent « sauvage » dans le monde arabe et en occident.

Car les noirs, soumis à la traite, étaient présentés comme des cannibales ou des anthropophages se nourrissant de chair humaine. Et l’Europe décida de considérer L’Afrique « continent sans écriture, sans histoire et sans civilisation »  ou sans humanité.

Etant donné  que la présentation de l’Afrique n’était pas conforme aux livres sacrés, on interdit leur usage à la population, en particulier la bible  fut interdite en Europe pour  cacher l’histoire de l’Afrique.

En effet, de 1227-à 1241, le pape Grégoire IX retira complètement la Bible aux fidèles et en interdit la lecture lors du Concile de Toulouse (1229). C'est lui qui éleva la terrible Inquisition (ces tribunaux ecclésiastiques sanguinaires qui pratiquaient la torture) au rang d'institution officielle de l'Église. Sous la menace des peines de l'enfer, par la torture et l'épée, on persécutait ceux qui possédaient une Bible dans leur langue maternelle ou des extraits de celle-ci.

3) Les humanistes de la renaissance  révelent l’histoire de  l’Afrique

Au XVIème siècle marquant la renaissance, le latin est la seule langue de l’enseignement. Mais un groupe d’homme, plus particulièrement les humanistes de la renaissance,  commencèrent  à s’intéresser  à la civilisation grecque, en particulier à  la langue grecque.

 L’élan qui porta les hommes de la renaissance vers l’étude de la langue grecque a rendu possible la lecture des archives des anciens grecs. C’est ainsi que les humanistes de la renaissance ont  découvert  avec étonnement que les grecs ont reconnu presque tous avoir puisé sagesse et science en Egypte, terre d’Afrique.

En effet, Sauneron  le stigmatise en ces termes : « A parcourir les textes grecs anciens, on ne peut se défendre de l’idée qu’aux yeux de ces vieux auteurs, l’Egypte était comme le berceau de toute science, de toute sagesse ».

Il sied de savoir que l’idéologie « Afrique continent sans écriture et sans histoire » ne fait aucune exception d’un quelconque pays africain. Tout le  continent africain est  présenté comme terre  « sauvage ». La découverte selon laquelle l’Egypte, terre d’Afrique, est le berceau de toute sagesse et de toute science, troubla les humanistes de la renaissance.

C’est ainsi qu’ils décidèrent de consulter les livres plus anciens que les archives des grecs. Ils se sont intéressés à la Bible en langue grecque. C’est alors qu’ils ont eu la conviction que l’Afrique n’est pas un continent « sauvage ». Ils ont au contraire découvert que « l’Afrique est le berceau de l’humanité » c’est-dire le berceau des valeurs de l’humanité (solidarité, hospitalité, non-violence…). Car Abraham, Jacob bref les hébreux y ont trouvé refuge durant près de 430 ans. Faut-il rappeler que même Jésus-Christ recherché par l’empereur Hérode avait trouvé refuge en Egypte, terre d’Afrique.

4)Naissance de l’humanité et ses valeurs en Afrique

La naissance de l’humanité est l’histoire cachée aux africains. C’est la raison pour laquelle la Bible était interdite. Etant donné que l’Afrique était présentée comme un continent « sauvage » avec ses populations, il ne fallait pas que l’on découvre que  les valeurs de l’humanité : solidarité, hospitalité, non-violence … sont africaines.

Toutefois, les humanistes de la renaissance ont décelé le récit historique de la naissance de l’humanité et ses valeurs en Afrique à partir de la bible (source juive) et de la stèle de la famine ( source égyptienne) après avoir déchiffré les hiéroglyphes.

Selon le récit de la stèle de la famine et le livre de genèse,  l’humanité est née en Afrique avec ses valeurs dans le contexte historique d’une crise climatique : Sept ans de sécheresse   3.000 ans av. J.C. Cette crise climatique avait provoqué une famine mondiale. Cette sécheresse fut à la base de la désertification du Sahara. L’humanité avait été la solution pour faire face à cette famine mondiale.

        En effet, grâce aux valeurs de l’humanité, notamment la solidarité, des provisions ont été accumulées et épargnées dans des greniers grâce à la contribution de tous les égyptiens.

        Ceci étant, au temps de la famine mondiale, l’Egypte, terre d’Afrique, était devenu le grenier du monde où tous les hommes s’approvisionnaient en nourriture grâce à une autre valeur de l’humanité : l’hospitalité.

        D’autres valeurs de l’humanité sont apparues dans cette circonstance historique, notamment : la non-violence, la gouvernance, l’épargne etc… ainsi que les sciences (les mathématiques : arithmétique et géométrie, l’économie, l’architecture, la comptabilité …).

        L’histoire de cette famine mondiale,  provoquée par le réchauffement climatique à la base de la sécheresse qui dura sept ans,  a été relatée dans  un document historique : la stèle dite de la famine. Celle-ci, a été découverte près de la cataracte du Nil en Egypte. Mais ce récit, bien que connu de tous, même des enfants, n’est enseigné ni dans nos écoles, ni dans nos universités parce-que l’Afrique était considérée continent sans histoire.

      C’est ainsi que  dans  l’étude de l’histoire profane ou scientifique, l’Afrique n’est étudiée  dans aucun manuel scolaire. Comment le continent africain peut-il être sans histoire ! Pourtant l’Afrique occupe une place essentielle dans le livre de genèse. Ce premier  livre de la Bible (livre sacré des chrétiens) qui relate le commencement de toute chose.

6) Si vous voulez cacher quelque chose aux noirs…

Il est vrai que la bible était jadis interdite pour cacher le récit historique de la naissance de l’humanité en Afrique. Toutefois, grâce au développement de l’imprimerie et de l’internet, le récit historique de la naissance de l’humanité en Afrique a été publié.

Cependant, les africains n’ont pas encore décelé le récit historique de la naissance de l’humanité et ses valeurs en Afrique pour l’enseigner à leurs enfants. D’où le pamphlet : « si vous voulez cacher quelque chose aux noirs , autant la mettre par écrit dans un livre » ([1]).

De ce qui précède, aujourd’hui l’histoire de l’Afrique est « cachée » dans le livre le plus édité et le plus lus dans le monde, la bible, et sur internet. Le défi de l’Afrique est de reconnaitre son histoire, celle de la naissance de l’humanité et de ses valeurs. Une tâche qui semble extrêmement difficile car on a l’impression de prêcher dans le désert. Cette situation est toutefois compréhensible du fait que les africains sont soumis au  nettoyage culturel ou  lavage de cerveaux. On leur apprend  que l’humanité serait  née en Afrique quand le singe est devenu homme par « évolution ».



Posté par HUMANITEPOURTOUS à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2019

Ebola en RDC : une arme bactériologique ?

Jean-Raoul Lumpungu(lumpunguraoul@gmail.com)

Les activités de riposte contre Ebola viennent d’être suspendues à Beni (en RDC) à cause de l’insécurité ([1]), Car  des groupes armés attaquent des centres de santé qui luttent contre Ebola. Depuis le début de l’épidémie d’Ebola, 139 centres de santé ont été déjà attaqués et 9 personnels affectés à la lutte contre Ebola ont été tués ([2]).

Par conséquent, Médecin sans frontière a retiré ses hommes de cette zone à cause  de l’insécurité. Quel intérêt ces groupes armés ont à s’attaquer aux centres de santé de lutte contre Ebola en pleine extension ? Il semble qu’Ebola est devenu une arme bactériologique en République Démocratique du Congo.  

En effet, la République Démocratique du Congo regorge des minerais utilisés dans la  technologie de pointe: l’aéronautique, l’informatique, les Smartphones…Et  près de la moitié des réserves mondiales des minerais utilisées dans la technologie de pointe, notamment le coltan, se trouvent  en RDC. De ce fait, des groupes armés s’activent dans ses zones minières.

C’est ainsi que depuis une vingtaine d’années, les ONG dénoncent les minerais de la guerre. Autrement dit, les ONG dénoncent les minerais achetés par des multinationales issues des zones minières en guerre. Cette transaction  facilite aux miliciens l’achat des armes. Qu’en est-il d’Ebola ?

Concernant  Ebola, localisé à l’Est de la République Démocratique du Congo, cette partie  de la RDC est en train d’être mis  en quarantaine (interdite d’accès) pour de raison sanitaire. Le commerce avec l’Ouganda vient d’être suspendu à cause d’Ebola. Cette situation semble faire l’affaire des groupes armés et des multinationales qui semblent  poursuivre l’objectif d’isoler cette partie du pays afin de continuer à exploiter calmement les minerais. Suis-je dans la logique de la théorie du complot ? Pas forcément. Car l’histoire atteste que les hommes sont capables des pires atrocités. Ils n’ont reculé devant rien pour exploiter l’Afrique durant plus de mille ans. La traite des noirs en est une illustration. Ce commerce a duré plus de mille ans, de la traite arabe ou orientale (VIIIème siècle) à la traite européenne ou occidentale (XVème-XIXème siècle). S’ensuivra la colonisation.

Ceci étant, l’exploitation de l’Afrique semble actuellement prendre une nouvelle tournure avec l’hypothèse de l’utilisation d’une arme bactériologique  pour faire main basse sur les richesses de l’Afrique.  Cette stratégie,  nouvelle en apparence, avait déjà été utilisée en Amérique contre les indiens. Les armes bactériologiques utilisées furent notamment  la lèpre et la rougeole.

Ces maladies ont été  répandues par l’introduction des couvertures utilisées en Europe par des lépreux et des personnes atteintes de rougeole. Ces couvertures ont été  offertes comme dons  aux indiens après avoir signé le « calumet de la paix ». Avec l’expansion de ces maladies contagieuses, les européens qui détenaient déjà des thérapies et des vaccins contre ces maladies, ont « offert » leur aide aux indiens.

Ainsi, les indiens ont accepté l’ « aide » des Européens. On connait la suite de l’histoire. Les indiens ont été décimés par ces maladies et leurs terres ont été arrachées « sans coup férir » par les européens.  L’hypothèse de l’utilisation d’Ebola comme arme bactériologique afin de  faire main basse sur les richesses de l’Afrique mérite une attention particulière. Dossier à suivre. 

 



[1] Source : Information  UNIVERS T.V ce mercredi 26 juin 2019

[2] Source : Ministère de la santé de la RDC

Posté par HUMANITEPOURTOUS à 17:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mai 2019

Meghan Markle: cendrillon à Buckingham palace

 Jean-Raoul Lumpungu(lumpunguraoul@gmail.com)

Il est rare au monde qu’un prince épouse une fille issue d’une famille modeste. Cela n’arrive souvent que dans des contes de fée comme celui de Cendrillon.Voilà pourquoi la vie de Meghan Markle semble être un conte de fée semblable à celui de Cendrillon.

BELGAIMAGE

Car Meghan Markle et Cendrillon ont deux choses en commun. Primo, les deux sont issues de familles modestes. Secundo, elles ontété épousées par des princes.En dépit de la comparaison entre Meghan Markle et Cendrillon, il existe une différence non négligeable entre les deux.Cendrillon  est un conte de féetandis que Meghan Markle est une histoire vraie qui se déroule actuellement dans la cour royale d’Angleterre.

En effet, le prince Harry, dernier fils du prince Charles et de Diana, a épousé une fille  d’une famille modeste, métisse de surcroit. Meghan Markle est née d’un père américain de race blanche et d’une mère de race noire, descendant d’esclave. Autrement dit, elle a le sang « noir »  qui coule dans ses veines par sa mère.

En outre, Meghan Markle vient de donner naissance à un enfant. Cela veut dire qu’il y a dans la monarchie d’Angleterre un prince qui a dans ses veines un peu de sang « noir ».Meghan Markle a-t-elle  conscience de cette «  révolution » qu’elle vient d’introduire dans la cour royale d’Angleterre ?Il semble que quand on provient d’une famille modeste et qu’on se hisse dans la cour royale, c’est souvent pour accomplir une « mission noble ». Tel a été le cas de la reine Esther,issue d’une famille modeste juive.

Le récit biblique relate comment Esther, en terre étrangère (comme Meghan Markle), était devenue reine pour accomplir « une mission noble » : celle de sauver le peuple juif du génocide que Mardochée, conseiller du roi, préparait.

Quant à Meghan Markle,quel peut-être sa « mission noble » dans la cour royale d’Angleterre ? Il semble que les noirs(race de la maman de Meghan Markle ) sont considérés comme des « singes » en Angleterre. Toute une idéologie a été développée dans ce sens avec la théorie de l’évolution du singe à l’homme dont le maitre à penser a été Darwin, sujet anglais.

C’est ainsi que tout un système politique, économique, social et culturel a été développé sur base de cette idéologie qui a servi à justifier et à motiverla traite des noirs (vendus comme des singes car on leur déniait la nature humaine), la colonisation, la discrimination, l’apartheid, l’interdiction des mariages mixtes…

Si plusieurs de ces choses ont changé, les mentalités trainent du fait qu’oncontinue à considérer les noirs comme  des singes. Car des cris de singes et des jets de bananes sont lancés dans les stades d’Angleterre aux joueurs noirs.

C’est ainsi que  l’entraîneur allemand de Liverpool, JURGEN KLOPP, dénonce et condamne fermement cette attitude. Il  n'est pas convaincu que « les instances du football en font assez pour limiter les cris racistes et autres comportements violents dans les stades de football », le gouvernement anglais non plus( ce moi qui ajoute) dont la responsabilité est totalement engagé dans les actes racistes des stades.

En effet, les professeurs des cours de biologie et d’histoire démontrent «  scientifiquement » dans les écoles d’Angleterre, avec la validation du gouvernement britannique, que l’homme (en particulier le noir) est un singe. A la différence des singes actuels, le noir est un singe qui a « évolué » en acquérant la parole et une posture droite : le «  singe debout ».

Mais pour démontrer scientifiquement que l’homme est (ou était) un singe, on a usé de la fraude : c’est le scandale de l’homme de Piltdown. Le fossile de l’homme de Piltdown a été présenté comme preuve de l’évolution du singe à l’homme en 1912.

Cependant, en 1949,  Kenneth OAKLEY, un scientifique qui réexamina ce fossile en détail, l'exposa comme étant la plus grande contrefaçon du 20éme siècle. Car ce fossile avait étéŽ en fait créé en fixant une mâchoire d'orang-outan à un crâne humain.

C’est ainsi que ce fossile fut retiré du musée de Londres,  mais l’affaire a été vite étouffée. En outre, « Stephen Jay Gould indiqua que certains   anthropologues falsifiaient leurs données pour prouver "la supériorité" de la race blanche. Selon Gould, la méthode la plus employée était la falsification de la dimension cérébrale des crânes fossilisés trouvés... » 

Ceci étant, la théorie de l’évolution du singe à l’homme n’est qu’une idéologie qui avait servi à légitimer la traite des noirs. Car les noirs étaient vendus parce-que les européens les considéraient comme des singes.L’Angleterre avait fini par abolir la traite des noirs contre vents et marées au moment où toutes les puissances de l’époque s’adonnaient à ce commerce inhumain. Et la traite des noirs été condamnée par la loi comme crime contre l’humanité.

Toutefois, l’idéologie qui avait servi à justifier la traite des noirs continue à être vulgarisée dans les écoles sous couvert de « science ».Etant donné que le prince Harry a une belle-mère de race noire et un fils qui a dans ses veines un peu de sang « noir », cela peut amener le gouvernement britannique à prendre une décision historique contre l’idéologie qui considère le noir comme un singe.

Ainsi, la naissance de l’enfant de Meghan Markle et du prince Harry peut motiver la cour royale d’Angleterre à pousser le gouvernement britannique à reconnaitre officiellement que les noirs ne sont pas des singes tel que cela continue à être enseigné dans les écoles britishà travers la théorie de l’évolution du singe à l’homme.En ce jour-là, le prince Harry, Meghan Marker et leur fils entreront dans l’histoire, bien sûr avec la reine d’Angleterre.

Posté par HUMANITEPOURTOUS à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

RDC : Etienne Tshisekedi rentre la tête haute

Jean-Raoul Lumpungu(lumpunguraoul@gmail.com)

La dépouille mortelle d’Etienne Thisekedi arrive à Kinshasa ce jeudi 30 mai 2019 par l’aéroport international de N’Djili. Etienne Tshisekedi va reposer en paix du fait qu’il était probablement l’un des rares  à avoir eu la vision d’une passation pacifique du pouvoir en RDC. Et  il croyait  à l’aboutissement d’une lutte non armée qu’il a mené durant près de trente-six ans.

Depouille de Etienne Tshisekedi

Cette patience lui a valu des quolibets du genre «  il fait l’opposition pour l’opposition ». On estimait ironiquement qu’il faisait carrière dans l’opposition. Nombreux estimaient que la lutte non-armée menée par Etienne Tshisekedi était une utopie. Grace à la passation pacifique  du pouvoir entre Joseph Kabila et Félix-Antoine Tshisekedi, Etienne Tshisekedisort la tête haute car l’utopie est devenue la réalité. Tous ceux qui se  moquaient de lui n’auront pas le courage de le « regarder » dans les yeux.

Car la famille Tshisekedi est devenue la famille présidentielle.En outre le monde va assister au fait que son fils devenu Président de la république, Magistrat suprême et commandant en chef de l’armée et de la police va accueillir sa dépouille mortelle. Elle sera aussi accueillie  par son ancien collaborateur de l’UDPS,Bruno Tshibala, devenu  premier Ministre, par celui qu’il avait laissé comme  secrétaire général de l’UDPS, Jean-Marc Kabund, devenu  vice-Président de l’Assemblée national de la RDC et  par son frère, Mgr Gérard Mulumba, devenu chef de la Maison civile du chef de l’Etat, enfin l’UDPS est devenu le parti présidentiel.

Ainsi l’histoire inscrira dans le grand livre du monde des partisans de la non-violence,à l’instar de Ghandi en Inde, Martin lutter King aux États-Unis, Nelson Mandela en Afrique du Sud, le nom de Monsieur Etienne Tshisekedi Wa Mulumbaen Afrique centrale.

 

 

Posté par HUMANITEPOURTOUS à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 avril 2019

Jets de bananes : Francis foot académie lance un appel contre le racisme

           Le sport semble devenu la vitrine des actes racistes par les jets de bananes  et  les cris de singes lancés dans les stades  d’Europe. C’est ainsi que  la  lutte contre le racisme dans le sport n’est plus seulement l’affaire de la FIFA et de l’UEFA mais une affaire de tout le monde.

           Actuellement dans ce combat, on y trouve des équipementiers sportifs tels que Nike, Adidas et Under Armour qui ont accepté de mettre  leurs différents de côté pour s'associer  afin de  lutter ensemble contre le racisme dans le sport. A cette fin, Nike, Adidas et Under Armour   ont collaboré avec la Pensole Footwear Design Académie sur un projet de lutte contre le racisme. L’un des  produits  de cette collaboration a étéla claquette banane de Nike. Car la banane est devenue à la fois un symbole du racisme et de lutte contre le racisme. Cette collaboration a inspiré ce projet de sensibilisation contre le racisme dans le football.

nike

 Claquette banane de Nike

 

 Dénomination du projet : Campagne de sensibilisation dénommée « Je ne suis pas un singe ».

 

          « Je ne suis pas un singe » est le message contre le  racisme qui considère  les joueurs noirs comme des singes ou « singes avec ballon ». Ce message a déjà fait l’objet d’une autre  sensibilisation. Car  « je ne suis pas un singe » a été aussi le titre du documentaire d’Olivier Dacourt  qui a rencontré de très grandes stars à l’image de Samuel Eto’o, Mario Balotelli, Patrick Vieira ou encore Samuel Umtiti. Tous racontent, à leur manière, ce  qu’ils ont vécu, et confessent leur ressenti quand ils sont traités de singe à travers de  cris (de singes) ou de  jets de bananes.

images

Une banane jetée dans un stade d'Europe: symbole du racisme 

Objectifs

Les objectifs à atteindre sont

Objectif spécifique

- Lutter contre le racisme et la déshumanisation  dans le sport  en particulier dans le football

Objectif général

- conscientiser les jeunes du fait que l’homme, fut-il noir, n’est pas un singe.

-sensibiliser  les joueurs sur le leadership qu’ils peuvent mener dans la lutte contre le racisme dans le sport comme fut le cas de Colin Kaepernick, Serena Williams, Le Bron James, les mégas star du basketball et du tennis.

Public cible : les jeunes

Organisateur : F.F.A Francis Foot académie

           Francis foot académie est une école de foot  qui a son siège en Belgique. Francis foot académie est membre de la fédération française d’athlétisme (F.F.A).L’objectif poursuivi par  Francis foot académie est  de  former les jeunes  au football professionnel.

sADIKI ffa

         Francis Sadiki, initiateur de Francis foot académie

 C’est dans ce cadre que Francis foot académie apprend aux jeunes des valeurs de solidarité dans une organisation car une équipe sans solidarité entre  ses joueurs ne gagne jamais. Autrement dit, quel que soit les talents, l’égoïsme d’un joueur n’est pas un atout qui fait gagner une équipe.

           Il convient de signaler que Francis foot académie transmet aussi d’autres valeurs aux jeunes sportifs tels que le respect des règles, la non-violence…

           Considérant  l’ampleur des actes racistes notamment les jets de bananes et les cris de singes dans les stades d’Europe, Francis Foot académie compte contribuer à la lutte contre ce fléau qui mine le football européen en apprenant  aussi aux jeunes le respect de l’autre, savoir composé  avec les autres joueurs (quel que soit la couleur de leur peau ) , vivre ensemble...

 

ffa2

        Formation des jeunes à Francis foot académie   

       

        Car  l’UEFA a pris des résolutions dont l’intitulé est «  Le football européen uni contre le racisme » qui  en son article 5  stipule ce qui suit : « L'UEFA et ses associations membres décident, par la présente, de redoubler leurs efforts afin d'éradiquer le racisme du football ». Ce  projet s’inscrit  dans le cadre de cette  résolution de l’UEFA.et de ses associations membres dont fait partie Francis foot académie à travers la F.F.A

Concepteur et chef de projet : Jean-Raoul LUMPUNGU

Jean Raoul LUMPUNGU est membre de Francis Foot académie. Il  est un éducateur des jeunes et auteur de plusieurs  articles de sensibilisation contre les préjugés raciaux notamment « Racisme  enseigné  dans les écoles », « Cris de singe dans les stades d’Europe : l’éducation mis en cause »…

jEAN

 

Intérêt du projet

          L’intérêt de ce projet  tient au fait que le sport, en particulier le football, est une activité qui a pour vocation d’unir les hommes de toute nationalité, ville,  race et religion.

          Ceci étant, les jets de bananes et les cris de singes violent l’article 3 des statuts sur «  Le football européen uni contre le racisme » de l’UEFA qui recommande  le « respect » de l’autre en ces termes : « … le football unit les peuples et transcende les différences. Le respect est par conséquent un principe clé du football ».

         De ce fait, certains actes sont recommandés dans le football (fair-play, tolérance, le respect de l’autre…), d’autres par contre sont condamnés (le racisme, le mépris de l’autre, la violence …).

           Ainsi, le fait de jeter une banane dans le stade  à l’endroit des joueurs  noirs  est  à la fois un acte de non-respect de l’autre, un acte raciste et de déshumanisation. Car la déshumanisation  en son sens commun, correspond à l'action de déshumaniser, « de faire perdre son  caractère humain à un individu, à un groupe, de lui enlever toute générosité, toute sensibilité »([1]).                

 Problématique

           Les actes racistes notamment les jets de bananes et les cris de singes ne cessent de prendre de l’ampleur dans les stades d’Europe. C’est le  défi  que  l’UEFA tente de relever dans  la lutte contre le racisme en Europe. Mais  la  lutte de l’UEFA  contre les actes racistes ne donne pas des résultats escomptés.

            Par conséquent, «  l’entraîneur allemand de Liverpool, JURGEN KLOPP,  n'est pas convaincu que les instances du football en font assez pour limiter les cris racistes et autres comportements violents dans les stades de football ». Il le dénonce avec raison par rapport à l’ampleur que ne cesse de prendre les actes racistes dans les stades d’Europe. Mais  les efforts de l’UEFA peuvent-ils apporter des résultats quand  les écoles   alimentent le racisme consistant  à considérer les noirs comme des singes ?

           En effet, les professeurs démontrent « scientifiquement »  dans  toutes les écoles que l’homme, en particulier le noir, est un singe. A la différence des singes actuels, le noir est un singe qui a « évolué » en acquérant la parole et une posture droite : le « singe debout », Dans ce contexte, comment la lutte menée par l’UEFA contre les actes  racistes tels que cris de singes, jets de bananes et des cacahuètes… lancés aux joueur noirs dans les stades peut-elle donner des résultats escomptés ? Telle est la problématique.

           La pertinence de cette problématique tient au fait que nombreux sont les  jeunes européens  qui croient que  les noirs sont (ou étaient) des singes, enseignement que dispense  leurs  professeurs dans les écoles (théorie de l’évolution). Le racisme dans les stades d’Europe s’avère  être  un problème de société lié à l’éducation voire à l’enseignement des enfants et des jeunes dans les écoles. Que faire?

   Hypothèse

       Face aux questions posées, nous postulons l’hypothèse selon laquelle, l’enseignement de la théorie de l’évolution du singe à l’homme donné dans les écoles  vulgarise le racisme à travers l’Europe.Ceci étant, pour être efficace,  la campagne contre le racisme devrait être menée simultanément dans les écoles et dans les milieux sportifs.

       En ce qui concerne les milieux scolaires, cette démarche ne consiste pas  à  ouvrir un débat  scientifique ou idéologique sur l’évolution du singe à l’homme. C’est  question d’éclairer le public sur  l’homme de Piltdown. Ce  fossile a été présenté comme preuve matérielle de l’évolution du singe à l’homme. Mais cette preuve s’est avérée avec le temps une arnaque. Car ce fossile avait été en fait créé en fixant une mâchoire d’orang-outang à un crâne humain.

       Le montage de Piltdown a été découvert par Kenneth OAKEY, un chercheur du British Museum en 1949, soit près de 40 ans après. Suite à ce scandale le fossile a été retiré du musée de Londres, mais l’affaire a été étouffée. C’est ainsi que ce scandale n’a été repris dans aucun manuel scolaire. 

        S’agissant des milieux sportifs, la nécessité de mettre en place deux logos symboles de lutte contre le racisme dans le sport, en particulier dans le football. Ces deux logos  traduisent le message « je ne suis pas un singe ». Les deux logos seront imprimés sur les articles de sport comme symbole de lutte contre le racisme (dans le sport). C’est ainsi que ce  projet  sera  soumis aux  équipementiers sportifs. Les deux maquettes de logos seront prochainement révélées au public.         

 Résultats attendus

- diffuser  l’information sur le  scandale de l’homme de Piltdown dans les écoles et les académies par la distribution des dépliants dans l’espoir;

 - la diminution des actes racistes dans le sport ;

- Manifester la solidarité aux joueurs qui subissent les actes racistes.

 

Jean-Raoul LUMPUNGU

 



Posté par HUMANITEPOURTOUS à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]